Sarbec vous informe sur les méfaits des perturbateurs endocriniens

Beauté - Sarbec Cosmetics

Suite à de récentes études, la liste d’ingrédients de nos produits cosmétiques est remise en cause et passe sous la loupe des utilisateurs et associations aguerris. Sarbec Cosmetics vous aide à déchiffrer le contenu de vos flacons.

 

Sarbec Cosmetics définit les PE

 

Les perturbateurs endocriniens sont des substances chimiques d’origine naturelle ou artificielle qui interfèrent avec le bon fonctionnement du système endocrinien, responsable de la sécrétion d’hormones.

 

Diverses études épidémiologiques démontrent que l’augmentation des cancers du testicule, des malformations congénitales de l’appareil reproducteur masculin et les STD (syndrome de dysgénésie testiculaire) peuvent être attribués à l’exposition à des produits chimiques tels que les PE.

 

D’autres études, quant à elles, font valoir que ces polluants chimiques parasitent l’équilibre glucido-lipidique, redoublant ainsi la progression de l’obésité et marquant une résistance à l’insuline, ce qui prédispose les maladies cardiovasculaires.  

 

Sarbec Cosmetics analyse les PE

 

L’UFC-Que Choisir incite les pouvoirs publics à se responsabiliser en matières de définition et interdiction des perturbateurs endocriniens. L’association veut faire enlever 23 produits nocifs de nos rayons. En règle générale, les produits cosmétiques possédant des formules à risque décuplent les doses sujettes à polémique ou les associent à d’autres produits nocifs.

 

Il est important d’observer que les produits qui s’appliquent directement sur la peau et qui sont non rincés représentent davantage de préjudice et leurs effets allergènes sont décuplés.

 

Ainsi le BHA et le BHT, destinés à la conservation contre l’oxydation, imitent les oestrogènes et supposent des potentialités toxiques. Aux Etats-Unis, et en Californie particulièrement, ses composantes sont classées en tant que cancérigènes. D’autres pays comme le Japon, l’interdisent définitivement.

 

Plusieurs substances sont classées premières au CIRC (Centre international de recherche sur le cancer).

 

Dans cette liste nous trouvons le bisphénol A utilisé pour la fabrication de matières plastiques en poly. En juin 2017, les Etats-membres de l’ECHA (Agence européenne des produits chimiques) ont classé l’élément parmi les “substances extrêmement préoccupantes”. Cette décision a suivi les directives du Canada, qui ont classé et banni le produit en tant que reprotoxique.