Point de vue Samassur : le diabète connecté

Point de vue Samassur le diabète connecté

Le diabète est une maladie qui se définit par une « hyperglycémie chronique », soit un excès de sucre dans le sang. Le diabète est donc une maladie très grave, qui touche à ce jour plus de 3,7 millions de français, et 17% de la population mondiale, soit 425 millions de personnes en 2018. Chaque année, le taux de diabétiques augmente et devrait atteindre d’ici 2040 les 622 millions. En pleine ère digitale, de nouveaux dispositifs technologiques sont créés afin de tenter de guérir au mieux le diabète. Le point avec Samassur.

Présentation : qu’est-ce que le diabète ?

Deux diabètes différents qui peuvent entraîner de graves problèmes de santé

Il existe 2 types de diabètes :

le diabète de type 1 : représente 5 à 10% des cas de diabétiques. Le diabète peut être dû à des facteurs génétiques ou environnementaux (au contact de certains virus ou aliments la maladie peut se déclencher). Il consiste en une production très faible d’insuline ce qui empêche l’utilisation du glucose sanguin en tant que source d’énergie pour faire fonctionner le corps.

Ce type de diabète est grave et peut déboucher sur maladie des affectant les reins, ou des maladies cardio-vasculaires mais en vieillissant des problèmes de sensibilité des extrémités et vision peuvent survenir. Aussi, la maladie cœliaque est fréquente lorsqu’un diabétique est atteint de diabète de type 1 et empêche la digestion ; pour cela il est important de procéder à un dépistage.

le diabète de type 2 : représente 90 à 95% des cas de diabétiques, et correspond à un taux de glucose dans le sang trop élevé. En moyenne, cette maladie survient avec l’âge mais touche aussi la majorité des personnes obèses ou en surpoids. Une hyperglycémie non régulée peut engendrer des problèmes cardiovasculaires.

Le diabète est une maladie qu’il ne faut pas négliger

Chaque année, le nombre de diabétiques augmente. Avec l’émergence des fast-foods et chaînes de restauration rapide, la part des personnes en surpoids voire obèse en hausse, ce qui favorise ainsi l’apparition du diabète.

Et le diabète, comme précédemment évoqué par l’expert mutuelle, provoque des insuffisances rénales, des troubles de la vision jusqu’à cécité (https://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/c%C3%A9cit%C3%A9/13961), insensibilité des mains ou des pieds qui peut conduire à l’amputation, et provoques des maladies du cœur.

Cette maladie est qualifiée de « silencieuse » par Samassur, courtier en assurance et complémentaire santé, provoque au moins 1,5 millions de décès chaque année. Il est donc urgent de trouver des moyens et traitements afin de soigner et réguler cette maladie. D’ailleurs, la Fédération internationale du diabète (FID), organise des journées de sensibilisation avec la campagne Test2Prevent afin de dépister un maximum de cas de diabète. De même, les moyens financiers et technologiques ont été concentrés dans le but de faire face à cette maladie croissante.

L’ère digital dans laquelle nous vivons a donc permis de créer des nouveaux dispositifs pour diagnostiquer, traiter et réguler le diabète.

Le diabète connecté

La santé connectée

La santé connectée, en d’autres termes l’e-santé, représente l’ensemble des dispositifs technologiques qui ont pour but ultime de préserver la santé à long terme.

Samassur Les systèmes technologiques vont donc enregistrer les activités du corps en « écoutant » celui-ci. Un compte-rendu sera alors disponible sur les appareils mobiles (smartphone, tablette, ordinateur) de l’utilisateur.

Le marché de la santé connectée s’est alors élargi et des participants sont de plus en plus nombreux. Les hôpitaux et autres établissements médicaux ont dorénavant recours à ces technologies. Comme le note le courtier en assurance maladie Samassur, des progrès et innovations sont encore à venir.

Le diabète connecté

Le diabète est désormais devenu une « maladie connectée ». Avec les progrès technologiques de la médecine, comme avec le glucomètre connecté, le diabète est devenu plus simple à surveiller et réguler.

Le but premier, était de rendre l’auto-surveillance de la glycémie du patient ainsi que le traitement à l’insuline moins contraignants.

Ces nouveaux outils sont donc essentiels puisqu’ils sont des carnets glycémiques en temps réel et proposent aussi des conseils quant à l’adaptation des traitements. Malgré cette avancée considérable, les chercheurs et ingénieurs ne sont pas satisfaits ; leur but est désormais de créer un outil « tout en un » connecté. Ils veulent donc rassembler stylo injecteur d’insuline et pompe à insuline, glucomètre et autres outils en un seul dispositif.

Le marché du diabète est de plus en plus actif : les fourchettes connectées, les balances intelligentes, les montres suivant les activités des diabétiques, les podomètres etc. sont en pleine explosion. Les missions sont d’une part de donner un côté plus ludique au suivi du diabète, et de donner envie aux diabétiques de faire plus attention à leur santé. Renostyl commente que les nutritionnistes spécialisés placent au cœur du suivi des petites missions afin d’encourager les modifications des habitudes des diabétiques sur long terme.

Les bénéfices des technologies connectées concernent premièrement le perfectionnement de la gestion de la maladie, l’amélioration de la vie quotidienne et conscience de soi, et surtout l’accompagnement de l‘usager. D’après Samassur, un diabétique n’a jamais réellement conscience des risques et les limites à ne pas franchir, comment résoudre ces risques, et surtout le diabétique de se connaît pas lui-même. La santé connectée est donc la solution à ces doutes.

Ainsi, il est essentiel d’associer les technologies avec le traitement d’une maladie. Les diabétiques sont donc à présent en possession de toutes les clés nécessaires afin de gérer au mieux leur diabète. A ce jour, les dispositifs connectés ne sont pas encore suffisamment avancés pour toutes les maladies, mais les recherches sont plus importantes que jamais.