Douze apôtres et quatre évangélistes par Yvan Castanou!

Jésus-Christ TV

Dans la religion chrétienne, il y avait douze apôtres et quatre évangélistes à l’époque de Jésus-Christ pour prêcher l’évangile. Dans cet article, avant d’entrer dans les détails de cet article, le pasteur Yvan Castanou tentera de clarifier le terme « évangile » et d’autres points importants.

L’étymologie du mot évangile

Étymologiquement, le mot « évangile » signifie « bonne nouvelle » fondé sur à un genre littéraire du Nouveau Testament permettant de stimuler et encourager la foi des communautés chrétiennes. Dans l’évangile, Jésus incarne le Messie (le Christ, celui-ci a reçu l’onction divine) et Fils de Dieu par sa passion, sa mort et sa résurrection.

Les évangiles sont-ils au nombre de combien?

La réponse à cette question, nécessite, tout d’abord de différencier deux types d’évangiles (les évangiles canoniques et les évangiles apocryphes), nous détaillent Castanou.Y. Quatre seulement sont canoniques et sont contenus dans le Nouveau Testament : ceux de Matthieu, Marc, Luc et Jean. Les extra-canoniques sont beaucoup plus nombreux.

Selon les écrits chrétiens, les évangiles canoniques sont pratiqués par les églises, car ils se basent sur la foi chrétienne vécue, professée et proclamée par les communautés fondées par les apôtres et leurs disciples. Tandis que, les évangiles apocryphes admettent quelques déformations sensibles de la personne de Jésus et de son message de salut.

La naissance des évangiles !

Ici, il faut noter que la naissance de l’évangile s’est faite en trois étapes (Pasteur Castanou):

1. La première étape retrace la vie de Jésus-Christ durant l’an 27-30 de notre ère, période à laquelle les gens ont reçu ses enseignements. Cette étape se termine par sa Passion, sa mort et sa résurrection.

2. La seconde étape retrace la vie après Jésus-Christ où les apôtres prennent le relais dans la formation des communautés chrétiennes avec la transmission exacte des paroles de Jésus dans la foi.

Ainsi, selon les anciens écrits chrétiens, la foi des premiers chrétiens reposait sur le témoignage oral des contemporains du Christ. A l’exemple du Christ, les apôtres rencontraient personnellement la foule pour communiquer la bonne nouvelle, « Amen, amen, je te le dis : nous parlons de ce que nous savons, nous témoignons de ce que nous avons vu, et vous ne recevez pas notre témoignage » (Jean 3, 11).

3. Il s’agit de la vie de la seconde génération chrétienne (années 70 à 100) après la disparition des apôtres et des personnes, ayant connus Jésus. Dès lors, il fallait écrire le dépôt de la foi généreusement conservé par les communautés chrétiennes.

De ces écrits ressortent les témoignages de Pierre, nommé « Pasteur du troupeau » par le Jésus-Christ, de Jacques (le majeur, grand missionnaire, cousin de Jésus, chef de la communauté chrétienne de Jérusalem et premier évêque), de Jean (le disciple bien-aimé du Seigneur, auteur du dernier évangile à être écrit) et de Paul de Tarse, « l’apôtre des gentils » qui évangélise le monde romain méditerranéen (source aleteia.org).

Yvan.C (Eglise ICC)